Les 2 Bentzmann commencent à paniquer

La presse spécialisée dans le relai des annonces de la direction ne rend pas la Grande Transformation programmée par les 2 frères très commode.

L’action*** redégringole, les commentaires des analystes financiers sont peu élogieux et nous les comprenons.

Les salariés* de DEVOTEAM auront appris la nouvelle en interne par « la voix de son maitre » le jour même de l’annonce à la presse. Depuis, les questions fusent encore davantage qu’au début de l’été et les esprits s’échauffent.

La DRH des affaires sociales** qui dit ne pas avoir été au courant et nous la croyons tous, aura pourtant tout fait jusqu’à la dernière minute pour éviter le pire aux deux spécialistes récidivistes de la délinquance sociale.

Désormais un dossier de 500 pages concernant les multiples entraves liés au comportement délictuel des deux frères est dans les mains d’un premier avocat.

Pourtant tels deux ahuris qui tomberaient d’une des tours jumelles en hurlant « jusqu’ici, tout va bien » les complices s’approche du sol à grande vitesse sans parachute.

Le comité d’entreprise de DEVOTEAM a préparé une série d’actions pour mieux comprendre ce nouveau projet dont une expertise indépendante auprès du cabinet SYNDEX.

Mais les deux anarcho-capitalistes ne l’entendent pas de cette oreille et pressurisent le secrétaire du Comité d’Entreprise  adjoint **** par l’intermédiaire de son supérieur hiérarchique afin que le secrétaire du CE abdique devant un ordre du jour fallacieux imposé.

En plus de l’alerte du Comité d’Entreprise, le secrétaire du CHSCT a dû lancer une alerte dans la soirée concernant les mauvais traitements dont sont victimes le secrétaire adjoint  du CE et son manager.

Pour rappel, en 2004 les deux frangins avaient commandé une étude qui visait à contraindre les salariés à baisser de 10% leur rémunération. La CGT, CFDT et CFE-CGC les avaient alors contraint à reculer.

Cette fois encore, tout va bien, le projet est tout simplement bloqué.

*Représentants du Personnel inclus

**Affaires sociales est le titre du service, les salariées du service sont sociales. L’objectif de la direction est lui tout autre, elle l’utilise comme un service antisocial.

***Note à l’ intention de l’AMF, le rédacteur possède une et unique action de DEVOTEAM

**** Le secrétaire en titre a disparu depuis l’été et nous espérons vivement son retour.

Devoteam: maintient ses objectifs annuels.

Par Cercle Finance, publié le 29/08/2012 à 18:19, mis à jour à 18:19

Le chiffre d’affaires est de 262,3 millions d’euros au premier semestre 2012, en légère baisse de 2,3% par rapport au premier semestre 2011. Il est en décroissance de 2,9% à…

Le chiffre d’affaires est de 262,3 millions d’euros au premier semestre 2012, en légère baisse de 2,3% par rapport au premier semestre 2011. Il est en décroissance de 2,9% à taux de change et périmètre constants.

La marge d’exploitation s’élève à 7,2 millions d’euros, soit 2,7% du chiffre d’affaires. Le résultat opérationnel s’établit à -2 millions d’euros, soit -0,8% du chiffre d’affaires, à comparer aux 11,7 millions d’euros au cours de la même période de l’année dernière.

L’augmentation des charges non courantes par rapport au premier semestre 2011 est liée au coût exceptionnel du plan de transformation du Groupe (4,4 millions d’euros) et à une charge de restructuration de 4,3 millions d’euros ‘ indique le groupe.

Le résultat net part du groupe s’élève à -2,4 millions d’euros contre 7 millions d’euros un an plus tôt.

Le cash flow opérationnel progresse nettement à -8,4 millions d’euros, contre -19,2 millions d’euros au premier semestre 2011. A fin juin 2012, la trésorerie disponible s’établit à 22,6 millions d’euros contre 40,7 millions d’euros à fin 2011.

Devoteam maintient ses objectifs annuels d’un chiffre d’affaires 2012 en légère décroissance entre 515 et 520 millions d’euros et d’une marge d’exploitation d’environ 4% du chiffre d’affaires.

Pour rappel, le plan EAGLE a pour objectif de ramener le taux de croissance et de marge d’exploitation du groupe dans le haut de fourchette des acteurs du secteur, soit environ 10% chacun à horizon 2015.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Questions des DP de DEVOTEAM – sept 2012

Les salariés de Devoteam ont été informés par Monsieur Stanislas De Bentzmann:

http://www.bfmbusiness.com/catchups/Stanislas-de-Bentzmann

que des changements de conditions de travail vont avoir lieu.

Plusieurs décisions ont créé du stress chez les salariés de Devoteam. N’ayant pas plus d’explications ces salariés ont posé des questions aux représentants du personnel pour avoir des explications. Les salariés représentants du personnel n’ayant pas été informés de ces décisions considèrent qu’il s’agit là d’une entrave manifeste aux divers mandats qu’il détient. Pouvez-vous  prendre les dispositions nécessaires pour assurer la santé et physique et morale des salariés stressés par ce genre d’agissement ?

2. Des salariés de Lannion ont appris que la direction a demandé leur  mutation,  aux prés de l’inspection du travail de Lannion,  dans une autre entreprise nommée Devoteam Télécom et Media.

Ces salariés travaillent avec des collègues de travail du secteur télécom de Levallois qui s’inquiète à leur tour.  Désespérés ils ne comprennent pas pourquoi l’avis du Comité d’entreprise n’a pas été recueilli en amont comme la loi le demande et ont  posé des questions aux représentants du personnel pour avoir des explications.

Les salariés représentants du personnel n’ayant pas été informés de ces décisions considèrent qu’il s’agit là d’une entrave manifeste à leurs mandats. Pouvez-vous  prendre les dispositions nécessaires pour assurer la santé et physique et morale des salariés stressés par ce genre d’agissement ?

3. Des salariés de Massy ont appris que la direction a demandé leur  mutation auprès de l’inspection du travail de Massy,  dans une autre entreprise nommée Devoteam Télécom et Media.

Ces salariés travaillent avec des collègues de travail du secteur télécom de Levallois qui s’inquiètent à leur tour.  Accablés ils ne comprennent pas pourquoi l’avis du Comité d’entreprise n’a pas été recueilli en amont comme la loi le demande et ont  posé des questions aux représentants du personnel pour avoir des explications.

Les salariés représentants du personnel n’ayant pas été informés de ces décisions considèrent qu’il s’agit là d’une entrave manifeste à l’exercice de leur mandat. Pouvez-vous  prendre les dispositions nécessaires pour assurer la santé et physique et morale des salariés stressés par ce genre d’agissement ?

4. Des salariés de Levallois  ont appris que la direction a demandé leur  mutation,  aux prés de l’inspection du travail de Levallois,  dans une autre entreprise nommée Devoteam Télécom Et Media.

Ces salariés travaillent avec des collègues de travail du secteur télécom de Levallois qui s’inquiètent à leur tour.  Renversés, ils ne comprennent pas pourquoi l’avis du Comité d’entreprise n’a pas été recueilli en amont comme la loi le demande et ont  posé des questions aux représentants du personnel pour avoir des explications.

Les salariés représentants du personnel n’ayant pas été informés de ces décisions considèrent qu’il s’agit là d’une entrave manifeste au bon fonctionnement des institutions représentatives du personnel. Pouvez-vous  prendre les dispositions nécessaires pour assurer la santé et physique et morale des salariés stressés par ce genre d’agissement ?

5. Les salariés de Devoteam ont été informés par Monsieur Stanislas de Bentzmann

http://www.bfmbusiness.com/catchups/Stanislas-de-Bentzmann qu’un Back Office sera créé chez Devoteam. En sachant que Devoteam manque de place sur Levallois pouvez-vous indiquer où se trouve le site de leur potentiel lieu de travail futur ?

6. Les salariés de Devoteam ont été informés par Monsieur Stanislas De Bentzmann

http://www.bfmbusiness.com/catchups/Stanislas-de-Bentzmann que leur travail va disparaitre ou être modifié : de 63 offres Devoteam va passer à 7 offres dans lequel Devoteam intégrera de l’innovation.

Un manager estime qu’il n’était pas au courant et ne comprend pas de quoi il s’agit. Pouvez-vous expliquer ces offres pour éviter tout stress managérial ?

7. Des salariés s’alarment pour leur avenir,  suite aux déclarations de Monsieur Stanislas De Bentzmann : http://www.bfmbusiness.com/catchups/Stanislas-de-Bentzmann

qui informe que Devoteam a acheté une entreprise qui propose un Apple store privé (ou Apple store parallèle).  Pouvez-vous rassurer  les salariés qui pensent que suite à ces déclarations une plainte d’Apple et une enquête policière seront d’actualité ?

De quel Apple store privé il s’agit et qui sont les salariés concernés par cette offre ?

8. Comment l’accord senior sera appliqué chez Devoteam avec le nouveau plan stratégique annoncé récemment ?

9. Des salariés ont eu de problème de remboursements de  note de frais pendant les vacances. Seront-ils dédommagés ?

10. AMF – Demande d’explication sur la venue des inspecteurs

Début juillet, lors des entretiens de sanction des  délégués syndicaux CFE-CGC les motifs évoqués étaient tellement fallacieux que la direction a cru bon évoquer le passage de l’inspection de l’AMF dans les locaux de l’entreprise.

Le véritable motif était tout autre, le directeur Bentzmann Godefroy rentrait par la porte principale alors que les deux militants activistes distribuaient des tracts.

Pour une fois, le directeur Bentzmann ne pouvait pas traverser la rue ce qu’il fait habituellement  à la vue du plus âgé des deux salariés.

Probablement blessé dans son amour propre d’avoir une fois encore perdu l’initiative devant les locaux de l’ Alliance des Travailleurs, le directeur Bentzmann aura donné les directives anti-sociales a ses subordonnés

Nous ne saurions déclarer utilement une fois plus que c’est regrettable car ce comportement perdure.

Néanmoins les DP voudraient connaitre le vrai responsable de la venue de l’AMF dans l’entreprise.

11. De retour du Deuxième Forum Thématique Européen contre les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII), organisé du 7 au 11 juillet sur le site du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes dans les environs de Nantes du 7 au 11 juillet certains salariés dont des DP ont pris connaissance de la Communication du président Bentzmann sur BFM du 4 juillet.

Le président Bentzmann laisse entendre qu’il ne s’agit pas d’une présentation marketing mais d’un plan de transformation lancé depuis plusieurs mois et maintenant en marche.

A cette date les DP pas plus que le CE  n’étaient informés d’un pareil bouleversement et le président Bentzmann aura probablement à s’expliquer personnellement devant le tribunal pour délit d’entrave au fonctionnement du comité d’entreprise (Article L483-1).

En attendant, le président Bentzmann souhaite-t-il s’expliquer auprès de ses salariés et représentants ?

Une date de convocation serait bien venue.

12. Le nouveau plan stratégique annoncé en juillet et jugé trop ambitieux par les analystes boursiers notamment Cerclefinance.

A priori les bonnes paroles du président Bentzmann Stanislas n’ont pas été comprises.

La direction souhaite-t-elle persister ?

L’analyste de CercleFinance souligne qu’il se montrera particulièrement vigilant concernant

1. la ventilation calendaire des dépenses non récurrentes de restructuration en 2012 et au-delà,

2. les précisions sur le nouveau plan stratégique annoncé en juillet et jugé trop ambitieux,

3. les indications sur la tendance des recrutements anticipés au second semestre,

4. ainsi que sur la santé de la filiale polonaise Wola Info, acquise en mai 2010, dont les performances ont pesé sur les marges en 2011.

Les DP se contenteraient ce mois d’une réponse au point 2.

13. Le CE est saisi d’une demande d’avis concernant une BU alors que tout DEVOTEAM devrait voir son organisation bouleversée.

Le président Bentzmann la Communication du 4 juillet a déclaré que nous vivions un bouleversement majeur* du marché de l’informatique et des télécom et souhaiterait que DEVOTEAM en profite sans être impacté par la pression continue des couts.

Le 13 juin 2012, Jean-Ludovic Silicani, président de l’ARCEP était interrogé au 11ème Forum des télécoms et du net des Echos.

A la question du journaliste : Les opérateurs ont-ils encore la capacité d’investir ?

Jean-Ludovic Silicani a indiqué que, pour déployer les réseaux très haut débit fixes et mobiles, et pour les autres investissements, le consensus entre les opérateurs, leur fédération et le régulateur, correspondait à un « besoin d’investissements » d’environ 6 milliards d’€ par an sur les 15 prochaines années. Or, en 2011, a-t-il rappelé, ils ont investi 7,9 milliards (licences comprises), et il n’y aura pratiquement pas d’achat de fréquences nouvelles d’ici la fin de la décennie : « Il ne s’agit donc pas du mur d’investissement dont on entend souvent parler ! ».

A qui faire confiance, qui dit la vérité ?

Le président de l’ARCEP ou le capitaine d’entreprise qui renvoie le capitalisme du XXIe siècle au processus d’accumulation primitive du capital et à la lutte des classes.

Pour rappel, L’accumulation du capital entraîne une baisse à long terme du taux de profit d’où une baisse tendancielle du taux de profit.

Ne serait-il pas temps de calmer le jeu ?

*Interrogés par les DP plusieurs salariés ont considéré que c’était une constante du marché télécom, qui n’est pas plus bouleversé aujourd’hui qu’avant.

14. Lors de sa saillie médiatique du 4 juillet le président Bentzmann a évoqué un recentrage de 60 offres locales de DEVOTEAM sur 7 offres groupées.

En lisant le rapport annuel, nous sommes aperçus que le secrétaire général de l’entreprise était devenu gérant dans l’hôtellerie et qu’une de ses entreprises dans l’immobilier n’était guère florissante.

Cette situation rappelle Dick Chenet en résidence à la tête des USA qui prônait le : Faites ce que je dis et pas ce que je fais.

Cette capacité à s’éparpiller est-elle valable pour tous les salariés de l’entreprise ?

Devoteam: NFinance ‘neutre’ avant les résultats semestriels.

(CercleFinance.com) – NFinance affiche une opinion « neutre » sur Devoteam et fixe l’objectif de cours à 10,5 euros, avant la publication des résultats du premier semestre mercredi prochain.

Le bureau d’études rappelle que le groupe d’ingénierie et de conseil en infrastructures des systèmes d’information a ajusté ses objectifs annuels lors de l’annonce du plan stratégique, en juillet dernier.

Sur la base des publications d’ores et déjà communiquées par les comparables (Aubay, Ausy, GFI, Steria, Sopra), il anticipe les tendances suivantes au deuxième trimestre: hausse du taux d’intercontrat pénalisé par plus de congés et un nombre de jours ouvrés inférieur, pression accrue sur les prix en particulier en France sur les secteurs des télécoms et de la banque, bonne tenue des marchés belge et luxembourgeois, difficultés en Espagne, Portugal et Allemagne.

L’analyste souligne qu’il se montrera particulièrement vigilant concernant la ventilation calendaire des dépenses non récurrentes de restructuration en 2012 et au-delà, les précisions sur le nouveau plan stratégique annoncé en juillet et jugé trop ambitieux, les indications sur la tendance des recrutements anticipés au second semestre, ainsi que sur la santé de la filiale polonaise Wola Info, acquise en mai 2010, dont les performances ont pesé sur les marges en 2011.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu’une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l’utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Rémunération de la direction bicéphale de DEVOTEAM (3eme position)

Photo des 2 Bentzmann bien avant l'annonce du projet de grande transformation annoncé le 29/9/2012

L’excellent journal du net nous informe que les malheureux frères Bentzmann toucheraient 402.948 et 400.236 euros de rémunération totale ce qui les placeraient juste derrière Paul Hermelin de Capgemini SSII pourtant 10 fois plus grosse que DEVOTEAM.

Nous nous permettons donc de leur concéder la pire des médailles, le bronze.

Restez rassurés, le journaliste du journal du net n’avait probablement connaissance des 1.317.494 et 967.537 actions de Stanislas (à droite) et Godefroy (de l’autre côté*) dont les dividendes** à raison de 0.50€/action s’élèvent à  2.285.031 euros pas plus que des sociétés sangsues, propriété des deux frangins accrochées à DEVOTEAM.

*L’utilisation de l’antonyme de droite ne serait ici qu’un cauchemar pour tous.

** Dividendes que les frères Bentzmann s’attribuent généreusement bien entendu.

Bentzmann Président: Tout ce qui fait baisser le coût du travail va dans le bon sens

CFE-CGC - le President Bentzmann à la recherche les touches dun clavier

CFE-CGC - le President Bentzmann mimant un consultant

Publié initialement le : 12 mars 2012 à 22 h 32 min

Des exonérations qui ne font pas l’unanimité

Comment inciter les patrons à recruter des salariés de 55 ans et plus ? Le président sortant a son idée. Une entreprise qui accepterait d’embaucher un chômeur de cette tranche d’âge n’aurait plus à payer de cotisation sociales pour cet emploi.

Toute une partie du patronat français applaudit. C’est le cas notamment de Stanislas de Bentzmann. Il est vice-président du réseau de chefs d’entreprise Croissance + : “Tout ce qui fait baisser le coût du travail va dans le bon sens.”

http://www.franceinfo.fr/

Behave please.

DEVOTEAM Solutions-92 – Extraits des questions des DP pour la réunion ordinaire de juillet 2008

Congé de solidarité internationale.DEVOTEAM et CongeSolidariteInternational

Les DP souhaiteraient connaître la liste des salariés ayant au moins douze mois consécutifs ou non d’ancienneté dans l’entreprise qui jouissent, ont joui ou sont susceptibles de jouir de leur droit à exercer leur congé de solidarité internationale.
Cf. Article L3142-32

Section unique Information et communication

DEVOTEAM et information embauche

A défaut d’autres modalités prévues par une convention ou un accord conclu en application de l’article L. 2262-5, l’employeur :
1° Donne au salarié au moment de l’embauche une notice l’informant des textes conventionnels applicables dans l’entreprise ou l’établissement ;
2° Tient un exemplaire à jour de ces textes à la disposition des salariés sur le lieu de travail ;
3° Met sur l’intranet, dans les entreprises dotées de ce dernier, un exemplaire à jour des textes.

L’article Article R2262-1 semble ne pas être appliqué à la lettre chez DEVOTEAM,
D’autant que l’Intranet de l’entreprise est parsemé de faux accords ou d’accords sans valeur.

La direction compte-t-elle remédier à ces abus ?

Attributions générales

DEVOTEAM et trvailleurs exterieurs

Les salariés d’entreprises extérieures qui, dans l’exercice de leur activité, ne se trouvent pas placés sous la subordination directe de l’entreprise utilisatrice peuvent faire présenter leurs réclamations individuelles et collectives, intéressant celles des conditions d’exécution du travail qui relèvent du chef d’établissement, par les délégués du personnel de cet établissement dans les conditions fixées au présent titre.

Article L2313-3

La direction compte-t-elle remédier à cette carence en présentant la liste du personnel précité ?

Dans les entreprises utilisatrices, les salariés temporaires peuvent faire présenter par les délégués du personnel de ces entreprises leurs réclamations intéressant l’application des dispositions des articles :
1° L. 1251-18 en matière de rémunération ;
2° L. 1251-21 à L. 1251-23 en matière de conditions de travail ;
3° L. 1251-24 en matière d’accès aux moyens de transport collectifs et aux installations collectives.
Article L2313-4

La direction compte-t-elle remédier à cette carence en présentant la liste du personnel précité ?

Les délégués du personnel peuvent prendre connaissance des contrats de mise à disposition conclus avec les entreprises de travail temporaire ainsi que des contrats suivants :
1° Contrats d’accompagnement dans l’emploi ;
2° Contrats d’avenir ;
3° Contrats initiative emploi ;
4° Contrats insertion-revenu minimum d’activité.
Article L2313-5

La direction compte-t-elle remédier à cette carence en présentant la liste du personnel précité ?

Lorsqu’il existe un comité d’entreprise, les délégués du personnel ont qualité pour lui communiquer les suggestions et observations du personnel sur toutes les questions entrant dans la compétence du comité.
Il en est de même lorsqu’il existe un comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.
Article L2313-9

Comment la direction compte-t-elle remédier à cette carence puisse qu’elle rejette systématiquement les demandes d’une IRP vers une autre sans jamais apporter de réponse satisfaisante ?

Registre unique du personnel.

DEVOTEAM et registre du personnel

Un registre unique du personnel est tenu dans tout établissement où sont employés des salariés.
Les noms et prénoms de tous les salariés sont inscrits dans l’ordre des embauches. Ces mentions sont portées sur le registre au moment de l’embauche et de façon indélébile.
Les indications complémentaires à mentionner sur ce registre, soit pour l’ensemble des salariés, soit pour certaines catégories seulement, sont définies par voie réglementaire.

Article L1221-13
Un registre unique du personnel est tenu dans tout établissement où sont employés des salariés.
Les noms et prénoms de tous les salariés sont inscrits dans l’ordre des embauches. Ces mentions sont portées sur le registre au moment de l’embauche et de façon indélébile.

Les indications complémentaires à mentionner sur ce registre, soit pour l’ensemble des salariés, soit pour certaines catégories seulement, sont définies par voie réglementaire.
Article L1221-13

Les indications complémentaires portées sur le registre unique du personnel pour chaque salarié, mentionnées au troisième alinéa de l’article L. 1221-13, sont les suivantes :

1° La nationalité ;
2° La date de naissance ;
3° Le sexe ;
4° L’emploi ;
5° La qualification ;
6° Les dates d’entrée et de sortie de l’établissement ;
7° Lorsqu’une autorisation d’embauche ou de licenciement est requise, la date de cette autorisation ou, à défaut, la date de la demande d’autorisation ;
8° Pour les travailleurs étrangers assujettis à la possession d’un titre autorisant l’exercice d’une activité salariée, le type et le numéro d’ordre du titre valant autorisation de travail ;
9° Pour les travailleurs titulaires d’un contrat de travail à durée déterminée, la mention « contrat à durée déterminée » ;
10° Pour les salariés temporaires, la mention « salarié temporaire » ainsi que le nom et l’adresse de l’entreprise de travail temporaire ;
11° Pour les travailleurs mis à disposition par un groupement d’employeurs, la mention « mis à disposition par un groupement d’employeurs » ainsi que la dénomination et l’adresse de ce dernier ;
12° Pour les salariés à temps partiel, la mention « salarié à temps partiel » ;
13° Pour les jeunes travailleurs titulaires d’un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, la mention « apprenti » ou « contrat de professionnalisation ».

Article D1221-23

Les DP souhaiteraient le consulter aussi vite que possible afin d’en vérifier sa conformité.
Si celui-ci était présenté lors de la réunion, un temps précieux serait gagné.

Local et affichages.

DEVOTEAM et Affichages

Les délégués du personnel peuvent faire afficher les renseignements qu’ils ont pour rôle de porter à la connaissance du personnel sur des emplacements obligatoirement prévus et destinés aux communications syndicales, ainsi qu’aux portes d’entrée des lieux de travail.*
Article L2315-7

Quelle est l’appréciation de cet article par la direction?
Article L2315-7

Formation professionnelle

DEVOTEAM Formation - pas de nouvelle

Les DP n’ont pas information.

PEE (Plan Epargne d’Entreprise )

Les DP s’ont inquiet pour l’avenir de leur PEE. L’action ne fait que dégringoler depuis le 30 mai 2008.

Que compte faire la direction pour y remédier ?

Relations Ecoles.

Des salariés auraient pu être sollicités par le DRH pour infiltrer les CA (conseil d’administration) des écoles
Si d’aventure, ceci s’était déjà réalisé, que choisir quand on est au conseil d’administration d’une bonne école genre ParisTech
[1] se taire
[2] parler
[3] dire la vérité

Les DP sollicitent la direction pour savoir comment éviter de la compromettre ?

Dissimulation ou bêtise ?

Pourquoi une volonté manifeste de la DRH de dissimuler le nom des consultants aux Délégués du Personnel, dans des envois qui ne s’adressent a personne ?

- Pourquoi la DRH envoie-t-elle des e.mails qui ne s’adressent a personne ?
- A t-elle du temps a perdre, ou n’a t-elle aucune connaissance de l’utilisation basique des e.mails & d’internet ?
(Cf. e.mails de la RH EdC.)

- Quels sont les progrès sociaux réalises par DEVOTEAM, par exemple dans le domaine du progrès du dialogue social ?

- Monsieur l’Inspecteur du Travail est-il bel & bien invité aux réunions des Délégués du Personnel ?
- Si oui, merci de montrer aux DPs l’invitation qui lui a été envoyé.

Si non, pourquoi ?

CNIL

DEVOTEAM - plus de noms que de salaries

Conformément à l’article 39 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, je vous demande de m’indiquer si des données me concernant figurent dans vos fichiers informatisés ou manuels et dans l’affirmative, me faire parvenir une copie en langage clair de l’ensemble de ces données, ainsi que toute information disponible quant à l’origine de celles-ci.

De trop nombreux salariés ont déjà effectué cette demande auprès de la direction sans résultats tangibles.

La conséquence lamentable du dernier déménagement précipité a largement contribué au débordement des poubelles de l’entreprise qui ont laissé s’échapper de volumineux fichiers sans rapports avec les 3000, 3500 ou 4000 salariés de DEVOTEAM.

La direction choisira la valeur qui l’arrange mais pourrait-elle expliquer pourquoi tant de noms ?

Le CCE et son rêglement interieur: une affaire de suppôts devolus au patronat – Suivre la loi était trop difficile

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE CENTRAL D’ENTREPRISE DEVOTEAM GROUP

Article 1 : Elections du bureau

1.1 Le secrétaire du comité est élu lors de la première réunion qui suit les élections. Il est élu parmi les membres titulaires, à la majorité des membres titulaires présents et lors d’un vote àbulletin secret. Comme pour toutes les décisions portant sur l’organisation interne du Comité Central d’Entreprise, le Président participe à l ’élection du secrétaire.

Outre les attributions légales, le secrétaire du comité a la responsabilité de tous les travaux administratifs et notamment de la correspondance du comité. Il représente le comité dans tous les actes de la vie courante.

1.2 Le secrétaire adjoint est élu dans les mêmes conditions. Il est élu parmi les élus, titulaires ou suppléants. Le secrétaire adjoint remplace le secrétaire en son absence dans tous ses rôles.

1.3 Le bureau est composé d’un secrétaire et d’un secrétaire adjoint.

1.4 Après inscription du point àl’ordre du jour ou à l’occasion d’une réunion extraordinaire demandée par la majorité des membres titulaires du comité, le bureau peut être révoqué à la majoritédes membres titulaires présents et lors d’un vote à bulletin secret. Une nouvelle élection des membres du bureau doit alors avoir lieu.

Article 2 : Présidence des réunions du ComitéCentral d’Entreprise

Les réunions du Comité Central d’Entreprise sont présidées par le chef d’entreprise, l’un des deux co-présidents (nommé Président du Comité). En cas d’empêchement, le président du Comité sera obligatoirement remplacé par un membre de la direction ayant reçu un pouvoir de délégation. Ce pouvoir sera communiqué par écrit au secrétaire du Comité. En cas d’absence de pouvoir, les réunions plénières du CCE ne pourront se tenir valablement.

Article 3 : Commissions

3.1 –Le comité d’entreprise constitue la commission obligatoire économique

3.2 –Le comité d’entreprise créé les commissions facultatives formation et mutuelle

3.3 –Chaque commission comprend un président (membre élu titulaire ou suppléant au CCE) et autant de membres que le comité le juge nécessaire dans la limite de 6, le Président non compris. Chaque membre est élu à bulletin secret et à la majorité des membres titulaires présents. Chaque membre peut être destitué par la majorité des membres élus du CCE.

Article 4 : Présence des titulaires et des suppléants La présence des membres élus titulaires et/ou suppléants aux réunions plénières du Comité

Central d’Entreprise est obligatoire et rémunérée comme temps de travail hors heures de délégations. L’absence à ces réunions doit être justifiée par courriel auprès du président, du secrétaire et du secrétaire adjoint du CCE au moins 24H avant la réunion. La présence aux réunions préparatoires et plénières peut se faire à distance par le moyen d’une conférence téléphonique, même si la présence physique est préférable. Pour toute indisponibilité de dernière minute, le membre du comité doit prévenir le secrétaire du CCE par téléphone (GSM). Pour les réunions plénières du ComitéCentral d’Entreprise, le titulaire absent doit mandater un suppléant pour le représenter; le mandat est envoyé par courriel auprès du secrétaire et du secrétaire adjoint du CCE.

Article 5 : Elaboration de lordre du jour

L’ordre du jour est élaboré conjointement par le secrétaire du Comité et le Président, ou son représentant légal. Quinze jours avant la date de la réunion du Comité, les deux parties s’échangent les points qu’ils veulent voir figurer àl’ordre du jour. Si les deux parties en sont d’accord, le point est considéré comme inscrit. Dans l’hypothèse où l’une des parties exprime un désaccord, une réunion a lieu au plus tard 10 jours avant l’envoi de la convocation afin de trouver un accord. Si nécessaire (et dans le mesure où c’est possible) la réunion peut être reportée jusqu’àce qu’un accord soit trouvé.

Si un accord n’a pas été trouvé pour porter un point à l’ordre du jour, le point n’y est pas inscrit. Dans ce cas, le refus doit être justifié par écris.

Article 6 : Plannings des réunions plénières Une réunion plénière a lieu au moins tous les 6 mois. Un planning prévisionnel des réunions plénières est établi pour l’année.

Article 7 : Déroulement des réunions plénières

Pour assurer le bon déroulement des réunions, quelques règles doivent être respectées par tous :

  • Chacun doit s’efforcer d’arriver à l’heure aux réunions. Dès lors qu’une réunion a démarré, l’accès àla salle de réunion n’est plus possible (sauf si le retard a été prévu et si le Président ou le Secrétaire ont été prévenus).

  • Au bout de deux heures de réunion, une pause a lieu. Nul ne doit en cours de réunion répondre au téléphone ou sortir de la salle (sauf réel cas d’urgence).
  • Sauf s’il est prévu une collation au cours de la réunion, nul ne doit y prendre de nourriture.
  • Chacun prend la parole lorsque le Président la lui donne. Le ton adopté par chacun doit rester courtois et respectueux des autres (ni injures, ni invectives).
  • Chacun doit s’efforcer d’intervenir de manière brève et précise sans chercher à garder la parole au détriment des autres. Le Président peut demander à un participant de laisser la parole aux autres lorsqu’il abuse de son temps de parole. Continue reading

Elections Pro: La CFE-CGC et la CGT toujours solidaires contre les manipulations de la direction


DEVOTEAM_logo_affaires-antisociales

parleur.jpg

24/4/2008

Réunion de pseudo négociations du 24/4/2008 sur le protocole préélectoral : réunion de lecture !

 

Sans commenter la validité du mandat de l’interlocuteur du representant de la direction et sans interpréter la conformité de la convocation à la réunion.

Lors de cette réunion et sans pince sans rire, la direction se contente de relire un document lacunaire paraphrasant la
partie législative en vigueur sur les élections professionnelles en ayant grand soin d’éviter toute mesure concrète (moyens, communications..) qui puisse rendre plus favorable les intérêts de la représentativité des salariés dans l’entreprise.

 

Nous sommes face à une cascade d’hypocrisies insupportables, pernicieuses et dangereuses:

  • Sans motif valable, la direction rejette les propositions constructives formulées à l’avance par la CGT et la CFE-CGC sur les moyens minimaux dont les Instances Représentatives du Personnel chez DEVOTEAM devraient faire l’objet;

    Les salariés constatent que la direction refuse de promouvoir par voie de négociation le développement du dialogue social et de la concertation dans l’entreprise,

  • Sans justification aucune, la direction écarte les propositions formulées par la CFE-CGC et CGT sur le périmètre des élections (UES) ainsi que le nombre des établissements la composant.

  • Plus encore : la direction modifie arbitrairement et unilatéralement le nombre des établissements de l’UES et elle se trouve dans l’obligation d’attendre le retour de l’inspection du travail et de la DDTEFP qui devront statuer conformément au code du travail,

  • Pire, la direction tente de contourner la loi et se réfère à un accord d’entreprise signé par 2 syndicats en 2006, mais oublie que cet accord d’entreprise n’est plus valable (cf. article 5 de l’accord signé par le co-président du groupe DEVOTEAM G2B) et ne correspond plus à la réalité du terrain. Qui plus est s’il l’eu fut, un nouvel accord nécessiterait l’ unanimité des organisations syndicales présentes dans l’entreprise comme exige la loi.

 

La CFE-CGC et CGT réclament les moyens nécessaires pour mener une campagne électorale légalement.

La direction refuse la demande au prétexte qu’aucune « enveloppe »* n’est prévue.

 

DEVOTEAM ne juge pas nécessaire de réaffirmer le rôle nécessaire et important des syndicats et de l’ensemble des Instances Représentatives du Personnel.

 

* La CGT et la CFE-CGC ne réclament pas d’ »enveloppe » mais la stricte application de la loi.