Monthly Archives: août 2006

Nouvelle Session DIF: Anglais Oral et Professionnel

Les news de l’UP DEVOTEAMNouvelle Session DIF: Anglais Oral et Professionnel

DEVOTEAM University

Bonjour à tous,

En cette période de rentrée, nous vous proposons une nouvelle offre de formation
« Anglais Oral et Professionnel » d’une durée totale de 48 heures, accessible au
titre du
Droit Individuel à la Formation (DIF).

Ce cursus de formation dispensé sur 4 mois allie séances de formation en
E-Learning
à des cours métiers, des ateliers thématiques et des cours collectifs.
Cette formation s’adresse à tous les salariés bénéficiant de 40 heures de DIF
minimum au 1er septembre 2006.

(Vous pouvez consulter votre compteur DIF sur KARMA, UPQuest ou votre fiche de
paie).

L’accès à ce cursus de formation se fera dans l’un des trois centres
sélectionnés :
Levallois,Paris-La Défense, Réaumur Sébastopol

La première session de formation débutera le 25 septembre 2006 et se terminera
aux environs du 23 janvier 2007.

Un calendrier de formation est prévu pour chacun des trois centres (retrouvez-le
en pièce jointe).
Modalités et planning d’inscription :

Les inscriptions sont ouvertes du 29 août 2006 au 8 septembre 2006.

Pour nous faire part de votre demande de DIF, merci de transmettre au service
formation le formulaire ci-joint par mail (up@devoteam.com) en spécifiant vos
motivations à suivre le cursus.
Le 8 septembre 2006: 10 à 15 participants seront sélectionnés pour suivre la
formation.
Du 11 au 13 septembre: Vous réaliserez vos tests de niveau.

Une première réunion sera prévue le:
Mardi 26 septembre 2006, de 12h00 à 13h30 à Réaumur Sébastopol
Mercredi 27 septembre 2006, de 12h00 à 13h30 à La Défense
Vendredi 29 septembre 2006, de 12h00 à 13h30 à Levallois

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter le service formation.

Si vous êtes intéressés, transmettez-nous le formulaire d’inscription DIF dès
maintenant!
Si vous nous avez transmis une demande de DIF pour une formation d’Anglais entre
le 15 et le 28 août et que cette offre de formation vous intéresse, n’hésitez
pas à nous le préciser.
A bientôt,

L’équipe UP

Ci dessous l’appréciation de la section syndicale sur cette offre impromptue hors plan de formation inévitablement (1) :

Comment se déroule la formation ?

La formation suivie dans le cadre du DIF se déroule en dehors du temps de travail. (2)

Pour les heures de formation effectuées en dehors de son temps de travail, le salarié perçoit, de son employeur, une allocation de formation égale à 50 % de sa rémunération nette de référence. (3)

Si la formation a lieu en partie sur le temps de travail, la rémunération du salarié est maintenue normalement pour les heures passées à se former.

http://www.travail.gouv.fr/informations-pratiques/fiches-pratiques/formation-professionnelle/droit-individuel-formation-1071.html

(1) Le plan formation et le bilan qui ne précède sont systématiquement faux chez DEVOTEAM. La direction n’a jamais respecté ni les délais légaux de présentation, pas plus que le contenu des présentations jusqu’à aujourd’hui. Il en va de même pour les attestations fiscales qui les accompagnent.

Cette année, le CE a eu la bonne idée de demander dès septembre des éléments pour pouvoir donner un avis avant la fin de l’année pour éviter d’attendre inutilement. Le vrai/faux président à annuler l’ordre du jour et décidé d’annuler les élections du secrétaire pour les recommencer. Objectifs : Repousser les questions essentielles dont le traitement de la formation chez DEVOTEAM dont le budget reste invariablement le plus bas possible.

(2) Sauf accord, ce qui est le cas chez DEVOTEAM. Les 2 accords postés sur l’intranet sont fallacieux et dénoncés par les syndicats majoritaires : CFTD, CFE-CGC, CGT.

(3) Il n’y a pas besoin d’être futé pour comprendre ce qui ne va pas dans l’injonction de la direction a suivre ce stage et non un autre, alors que les salariés de DEVOTEAM en ont parfaitement le droit.

PRIME POUR L’EMPLOI :COUP DE POUCE OU CADEAU DEGUISÉ ?

PP 49/ 29.08.2006 / 15.00

Outre la mise en place d’un chèque transport, le gouvernement va débloquer 1 milliard d’euros (soit le double de ce qui était prévu dans la Loi de finances pour 2007) pour augmenter la Prime pour l’emploi (PPE). Les mauvaises langues parleront de cadeau pré-électoral et n’auront peut-être pas tort.

La CFE-CGC se demande à qui profite réellement la PPE ? Aux salariés, certes, mais aussi très largement aux entreprises qui en profitent pour ne pas augmenter les salaires en laissant l’État assumer la charge salariale à leur place. Conséquence, on assiste à un tassement des salaires entre 1 et 1,6 SMIC : ceci concerne aujourd’hui plus de 50 % des salariés, pourcentage en constante augmentation.

La PPE, qui coûte désormais 4,2 milliards d’euros à l’État (le double de ce qu’elle coûtait en 1995) et dont l’efficacité a été fortement mise en doute par le Cour des comptes, génère un effet pervers en mettant à mal la hiérarchie des salaires et l’ascenseur social qui lui était lié.

Pour Michel Lamy, secrétaire national à l’économie à la CFE-CGC, la PPE contribue à supprimer la différenciation salariale qui devrait exister en fonction des formations, des compétences, des qualités exigées des salariés. Cette politique gomme le modèle social, pourtant source d’évolution et de progrès. Au-delà de 1,6 SMIC, la CFE-CGC remarque deux types de politiques de la part des entreprises : une progression quasi exponentielle des rémunérations des dirigeants (qui plus est largement déconnectée de la croissance de l’entreprise) et un immobilisme salarial pour la plupart des cadres et techniciens qui gangrène depuis trop longtemps l’économie de notre pays.

De plus en plus, cadres et techniciens sont interdits d’augmentations générales et ne peuvent prétendre à une évolution positive de leur salaire qu’en en payant le prix par des horaires n’ayant rien à voir avec les 35 heures, par une disponibilité souvent incompatible avec la vie de famille.

La CFE-CGC réclame non seulement une conférence nationale sur les salaires, mais elle exige que les discussions ne s’arrêtent pas aux seuls bas-salaires, et qu’elles aboutissent à remettre en vigueur une échelle cohérente et dynamique de l’ensemble des rémunérations.

La direction a coupé les vivres des IRP

L’employeur doit verser au CE une subvention de fonctionnement d’un montant
annuel équivalant à 0,2 % de la masse salariale brute (Code du travail art. L.
434-8).

Il dispose de ressources pour la gestion des activités sociales et culturelles.
(Code du travail art. L. 432-8 ; c. trav. art. R. 432-2 à R. 432-16)

Les élections très spéciales organisées par la direction et ses thuriféraires de
la cftc ont eu lieu le 29 juin 2006.

Or, que lit-on sur l’intranet de l’entreprise, rédigé par la malheureuse
permanente du CE précèdent?
- Malheureuse car la direction fait tout pour que son activité disparaisse -

Quoi de neuf docteur?

Information
importante concernant les activités CE

En raison de la constitution des bureaux des CE Solutions Hauts de
Seine, TOP, et Régions, les activités :


- cinéma
- contremarques sport (Club Med Gym, Forest Hill)
- remboursements club de sport et culturel
- remboursement 15% spectacle
- et chèques cadeaux naissance / mariage


sont suspendues jusqu’à ce que les élus définissent les nouvelles règles
d’attribution.


Merci de votre compréhension.
24/08/06
MLDU

C’est évidemment faux.
Les activités sont bloquées en raison de l’acharnement antisocial de la
direction à accepter que les CE puissent fonctionner correctement.
Celle-ci bloque leurs budgets et par voie de conséquence la plupart des
activités.
Remarque:TOP, et Régions n’existent toujours pas.
Alors, on dit merci qui ?
On dit « Merci patrons »
« Merci, Merci nos bons patrons »