Monthly Archives: janvier 2008

AMF : Comme c’est ballot, DEVOTEAM est en retard cette année

Chargée de s’assurer que les publications prévues par les dispositions législatives ou réglementaires sont effectuées par les sociétés dont les titres sont admis aux négociations sur un marché réglementé, la Commission des opérations de bourse procède de façon régulière à la vérification des publications périodiques des états comptables au Bulletin des annonces légales obligatoires (BALO). Elle peut porter à la connaissance du public tout élément qu’elle estime nécessaire pour la bonne information du marché.

Dans ce cadre, la Commission des opérations de bourse a décidé de publier sur son site internet à compter du 1er septembre 2002, un relevé des sociétés françaises dont les comptes annuels provisoires, les comptes semestriels ou le chiffre d’affaires trimestriel n’ont pas été publiés au BALO dans les délais légaux tels que définis par le décret n°67-236 du 23 mars 1967.

Pas de comptes annuels définitifs : Donc pas d’expertise comptable possible non plus.

Pauvres élus du CCE qui croient toujours ce que la direction dit.

Quel malheur ; Que de tristesse.

Les factures de portables payées par l’employeur ?


Une trentaine de députés du groupe UMP à l’Assemblée Nationale planchent sur des propositions pour améliorer le pouvoir d’achat. La première d’entre elle concerne les factures Internet et de téléphone mobile.

Anne-Hélène Pommier | LEntreprise.com | Mis en ligne le 17/01/2008

Les entreprises pourront peut-être bientôt prendre en charge les dépenses de téléphones mobiles et d’abonnement Internet de leurs salariés. Frédéric Lefebvre, député UMP des Hauts de Seine et animateur du groupe de travail sur le pouvoir d’achat vient de déposer une proposition de loi en ce sens.
Il estime que cette mesure permettrait aux salariés d’économiser en moyenne, environ 327 euros par an, et qu’elle va donc dans le sens d’un soutien du pouvoir d’achat des Français. En ce qui concerne les patrons qui devront mettre la main à la poche, il estime que la mesure serait quasiment indolore. Considérée comme un avantage en nature, les sommes ainsi payées par l’employeur seraient déductibles de l’impôt sur les sociétés.

 

La suite: LEntreprise.com

Les questions des DP du 9 janvier de l’an 2008.

stanislas de bentzmann rêveur jeune« L’avènement des 35 heures nous a mis des blocs de béton aux pieds, estime Stanislas de Bentzmann, président de Devoteam SA. Aujourd’hui, nous avons trop de travail et pas assez de consultants. »

D’aucuns auraient répondu, « T’as qu’a mieux les payer ».

Il s’agit là d’un résumé sournois de ce que Edmund Phelps développe dans ses « Contributions to Macroeconomics », ou encore Shapiro et Stiglitz par ailleurs.

Anyway.

Not’ bon patron a toujours raison et sa réponse au journaliste des ECHOS suit la phrase : « Le projet de loi, en cours d’examen par le Parlement, a donc plutôt été bien accueilli par les dirigeants de la profession qui, on s’en souvient, n’avaient pas eu de mots assez durs à l’époque contre les 35 heures. »

Après tout, Stanislas de Bentzmann ne fait que confirmer sa tendance à l’aversion medefienne déjà soumise à Boursier.com :

Pourquoi votre marge est elle plus faible en France qu’à l’étranger ?

« S.B. : Cela découle tout d’abord des 35 heures car nos collaborateurs travaillent moins en France qu’à l’étranger… Cela résulte également d’un marché hexagonal plus concurrentiel et mieux organisé au niveau des acheteurs. »

Alors, négocie-t-on ou ne négocie-t-on pas cette fois ?

Quand exactement ?